Et le Logement est attribué à… <br>R. Ferrand ! Puis J. Mézard !

Par Emmanuelle Souchet, le 18/05/2017 17:02
Mis à jour le 23/06/2017 14:33
Inédit dans la Ve République : la France n’a pas de ministère du Logement. Mais en fait, si…

Et le Logement ? Pendant quelques heures, ce mercredi 17 mai, le secteur de l’immobilier s’est senti comme orphelin, abandonné… avant de retrouver un ministre sous les traits de Richard Ferrand, chargé de la cohésion des territoires. Puis, le 21 juin, nouveau remaniement : Richard Ferrand passe le relais à Jacques Mézard.


Le Logement inclus dans la Cohésion des territoires

> Portrait de Jacques Mézard

Gouvernement Philippe 1 : Le logement, c'est Ferrand ?

Mercredi 17 mai, 15h : le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler égrène la liste des 22 membres du nouveau gouvernement… mais aucune allusion au secteur de l’immobilier. Aucun nom ne vient s’accoler à la fonction de ministre du Logement ou de secrétaire d’État au Logement.

La profession réagit aussitôt. Jean-François Buet, président de la FNAIM, se fend d’un communiqué de presse : « Déjà absent de la campagne présidentielle, le logement, 1er poste des dépenses des ménages, est une préoccupation majeure de nos concitoyens. Or pour la première fois depuis de nombreuses années le thème du logement est totalement absent dans les attributions gouvernementales. […] Le quinquennat de François Hollande a apporté de profondes modifications législatives et règlementaires sans que les professionnels de l’immobilier n’aient été réellement consultés ou entendus et nous portions de nombreux espoirs dans ce nouveau gouvernement. Nous restons mobilisés et à l’écoute pour présenter nos propositions de simplification qui ne coutent rien, seraient positives pour tous et faciliteraient l’accès au logement de nos concitoyens. ».

De son côté, l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) twitte : « Après les Présidentielles 2017, le logement le grand oublié du gouvernement sans nomination de ministre »

Finalement, la passation de pouvoir s’est faite à 19h entre la ministre sortante Emmanuelle Cosse et le nouveau ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand qui a tenu à rassurer son auditoire : « […] le logement a un ministre de plein exercice, c’est moi ! […] le logement n’est pas minoré, mais au contraire mis au cœur d’une politique qui veut précisément faire en sorte que partout en France tout le monde puisse accéder au même droit au logement et aux services divers et variés auxquels tous concitoyens peuvent prétendre. »

Un mois plus tard... Jacques Mézard reprend le poste

Nouvel épisode ce mercredi 21 juin. Suite à la démission du 1er gouvernement d'Édouard Philippe, les cartes sont remaniées. Richard Ferrand, appelé à d’autres responsabilités au sein de l’Assemblée, cède son ministère à Jacques Mézard, jusqu’alors ministre de l’Agriculture. À nouveau, certains professionnels du secteur immobilier pourront regretter l’absence d’un portefeuille consacré pleinement au Logement. On note toutefois la création d’un secrétariat d’État. C’est Julien Denormandie qui occupe le poste. Peut-être s’attachera-t-il plus précisément aux dossiers laissés par Emmanuelle Cosse ?

> Photo de Julien Denormandie

Loi Pinel, PTZ, Taxe d’habitation… Les dossiers qui attendent J. Mézard

Qui sont Jacques Mézard et Julien Denormandie ?

Né en 1947 à Aurillac, Jacques Mézard est avocat de profession. Conseiller général du Cantal de 1994 à 2008, puis sénateur PRG du Cantal, il devient minuistre de l’Agriculture sous le gouvernement Philippe 1.

Il sera aidé dans sa mission par Julien Denormandie, un ingénieur des Eaux et Forêts de 36 ans et ancien directeur de cabinet d'Emmanuel Macron alors ministre de l’Économie. J. Denormandie a participé à la création du mouvement La République En Marche dont il est le secrétaire général adjoint. Le secrétaire général étant… Richard Ferrand !

Quelle sera la politique du Logement sous l’égide de J. Mézard ?

Certes, le secteur immobilier se porte mieux, mais beaucoup de professionnels se sont émus de l’absence de la question du logement dans les débats de la présidentielle. Choix assumé d’une équipe réduite ou réel oubli ? Le terme peu explicite de « cohésion des territoires », là où certains attendaient un grand ministère du Logement attise, sinon l’inquiétude, du moins l’expectative. Le programme de candidature aux présidentielles d’En Marche ! donne les grandes lignes de ce qui devrait devenir la politique du Logement du gouvernement actuel :

  • Maintien des dispositifs d’incitation à l’investissement, comme la loi Pinel
  • Maintien du prêt à taux 0 (PTZ) qui aide les primo accédants à financer un bien immobilier
  • Exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages
  • Réforme de l’ISF pour le recentrer sur l’immobilier.

Lors de la passation de pouvoirs entre Emmanuelle Cosse et lui, Richard Ferrand a commenté les actions passées et à venir : « le cadre législatif a été posé, l'enjeu est de parfaire ce qui a été mis sur les rails et d'accompagner la dynamique lancée. »


Lire aussi L’immobilier selon Emmanuel Macron : un programme en 3 axes