Les éco-quartiers

Eco quartier, écovillage : l’immobilier neuf de demain

Eco quartier, écovillage, écocité... Les termes d’urbanisme liés à l'écologie se multiplient sans que l’on connaisse vraiment les principes qui s’y rattachent. Alors que la deuxième moitié du XXe siècle misait sur les cités-dortoirs et le tout-automobile, le XXIe siècle se préoccupe de développement durable et de mixité. Mixité sociale, diversité des fonctions, variété de l’habitat : quelles sont les règles d’un véritable éco quartier ?

Séparateur

Exemples d’appartements neufs en écoquartier issus du catalogue Logisneuf

  • Acheter pour habiter ou investir en Loi Pinel

    La résidence est idéalement située dans le quartier Ginko à Bordeaux. Premier éco-quartier labellisé de Bordeaux, Ginko s’inscrit dans l’esprit de la ville et offre à ses habitants un cadre de vie d’exception. Au-delà d’un souci de préservation écologique, Ginko propose un style de vie et une qualité urbaine propices au bien-être de tous. Des coeurs d’îlots spacieux pour les résidences et maisons, l’omniprésence de jardins, le lac et les canaux aménagés, le parc Denis et Eugène Bühler de 4,5 ha, des espaces de convivialité : tout contribue à la douceur de vivre. Innovant par nature, Ginko s’adapte aux modes de vie actuels, aux besoins de proximité, ainsi qu’aux attentes des familles. Toutes les commodités sont présentes (commerces et services de proximité, groupe scolaire, EHPAD, médecins…...

    Réf. 215461
    Voir toutes les disponibilités

Éco quartiers et écocités : définitions

L’engagement du Grenelle de l’environnement prévoyait dès 2007 la réalisation d’une quinzaine de « grands projets d’innovation énergétique, architecturale et sociale » : les écocités. Il faut toutefois attendre 2009 pour qu’une liste de 13 projets soit arrêtée. Par ailleurs, il était prévu d’instaurer, dans toutes les collectivités ayant des programmes de développement de l’habitat important, au moins un écoquartier avant 2012. Ainsi les projets « écolo » fleurissent dans tout le pays sans parfois répondre à toutes les exigences.

Différents critères caractérisent le véritable écoquartier :

 Mieux gérer le terrain disponible

La volonté de construire dans le respect de l’environnement va de paire avec celle de limiter l’étalement foncier. Le nouveau quartier doit donc s’intégrer dans le tissu urbain existant par la réhabilitation de friches et de bâtiments anciens, ou le prolongement de l’existant.

couple dos à dos

Pour ne pas gaspiller le terrain, on privilégie les logements collectifs, mêlés à quelques maisons de ville. Le défi lancé aux urbanistes est de réinventer, sur l’exemple des centre-bourgs traditionnels, des ensembles denses et diversifiés, rassemblant habitations, commerces, équipements, reliés ensemble par des espaces publics. Ceux-ci ont un rôle central. Ils favorisent les échanges et l’implication de la population : voies partagées pour piétons et cyclistes, espaces de jeux…

 Construire différemment

 Maîtriser les dépenses énergétiques des bâtiments

l’architecture est conçue pour limiter les déperditions de chaleur et ainsi réaliser des économies d'énergie sur le long terme.

  • Afin d’assurer un ensoleillement optimal, on privilégie les ouvertures au sud. On optimise l’agencement des logements avec une entrée par le nord et les pièces de vie au sud.
  • L’isolation évite les ponts thermiques, les systèmes de ventilation sont choisis pour préchauffer l’air ambiant
  • Le mode de chauffage fait appel aux énergies renouvelables (solaire, bois) ou aux technologies économes (pompes à chaleur, chaudière à condensation…)

La réglementation thermique RT 2012, ainsi que les maisons passives (label BEPAS) et positives (label BEPOS) orientent les nouvelles constructions dans cette voie.

symbole du recyclage sur fond de ciel

 Préserver les milieux naturels

L’écoquartier prend en compte le développement durable jusque dans la mise en place des services collectifs :

  • La gestion des déchets peut amener à créer une arrière cuisine plus spacieuse, pour mieux trier les poubelles, à mettre en place des composteurs individuels ou groupés, ou encore à implanter des points de collecte volontaire qui limiteront le passage des bennes à ordures.
  • L'usage de l’eau est intégré dans la conception du quartier. On collecte les eaux pluviales pour les restituer lentement, à l’aide de bassins de rétention et de fossés, de toitures végétalisées ou de sols perméables sur les chemins et les aires de stationnement.

 Conditions liées à l’opération

 Les transports

Afin de limiter les rejets en CO2, les urbanistes privilégient les modes de transport « doux ». Des voies transversales, cyclistes ou piétonnes, forment un maillage au sein du quartier. De plus, l’offre de transports en commun (bus, tramway…) proposent une alternative à la voiture.

 Mixité sociale et fonctionnelle

Les écoquartiers rassemblent logements, bureaux et commerces au sein d’un même programme afin de faciliter le quotidien des habitants et de réduire les distances, et donc les trajets. La conception du quartier doit également favoriser la mixité sociale en implantant une population variée. Elle mêle à cette fin des logements locatifs ou disponibles à l’accession et des équipements destinés à une génération (crèche, foyer pour personnes âgées).

 Impliquer les habitants

Cette nouvelle façon de penser la cité est d’autant plus efficace par l’engagement de l’ensemble de ses habitants. Ils sont en effet perçus comme des acteurs à part entière pour aboutir à une bonne qualité de vie. Au moment de la réalisation, la concertation des riverains et futurs habitants permet de mobiliser chacun autour du projet. Par la suite, la mise en place de services (marché, jardins familiaux, pédibus) ou d’événements (manifestations culturelles, fêtes) leur permettra de s’approprier leur quartier.


Le label national écoquartier

Le ministère de l’Egalité des territoires et du Logement a instauré en décembre 2012 le label national EcoQuartier.

Loin d’imposer une norme, il repose sur des exigences d’urbanisme durable et garantit un certain niveau de qualité. Il est cependant convenu que chaque collectivité apporte des réponses locales, en fonction de la taille de la collectivité et du stade d’avancement du projet.

L’objectif de ce label est d'"encourager, accompagner et valoriser les projets d’aménagement et d’urbanisme durable".

Dans un premier temps, la collectivité candidate au label signe la charte nationale, comprenant 20 engagements vers la ville durable. Une fois le projet défini et programmé, la collectivité demande son admission à la démarche nationale. Le dossier est ensuite évalué par des experts. En fonction des réponses que l'écoquartier apporte aux 20 engagement de la charte, il obtient ou non le label national.

Chaque écoquartier dépose sa propre candidature, une collectivité peut donc recevoir plusieurs labels si elle construit plusieurs écoquartiers.

label officiel des écoquartiers
Pour aller plus loin

Lorsque vous naviguez sur notre site internet ou consultez les emails que nous vous envoyons, des informations sont susceptibles d'être enregistrées ou lues dans votre terminal ou navigateur, avec votre accord. Cliquez ici pour en savoir plus concernant les « cookies » et leur paramètrage.