Afin de vous proposer le meilleur service possible, Logisneuf utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. numéro_vert
> Investir et défiscaliser > Les grandes villes pour défiscaliser > L'immobilier à Nice

Acheter ou investir en loi Pinel dans l’immobilier neuf à Nice

Habiter ou investir en Pinel ou LMNP dans un logement neuf à Nice

Investir à Nice

A noter

Population
343 629
% de
propriétaires
47.48 %
Prix du m2
4913.88 €
Zone Pinel
A
Prix de base
du loyer Pinel
12.5 € / M2

Pour tout savoir et mieux choisir

Investir à Nice c'est choisir une ville cosmopolite qui a su tirer de ses atouts naturels une économie prospère. Son équipement hôtelier et ses infrastructures logistiques permettent l’accueil de millions de touristes de loisirs et d’affaires. Ceci peut-être au détriment du logement des Niçois. Afin de rester compétitif et d’améliorer le cadre de vie de ses habitants, la ville se lance dans des projets d’urbanisme, accompagnés de mesures favorisant l’accession à la propriété.

Pourquoi habiter ou investir à Nice dans un bien immobilier neuf ?

Le parc immobilier de Nice se compose en majorité d’appartements

La commune dénombre près de 224 000 logements, en grande majorité des appartements (91 %).

Ce pôle touristique de la Côte d’Azur compte 344 000 habitants mais accueille près de 4 millions de vacanciers par an, soit presque autant de locataires potentiels pour les investisseurs ! Ainsi, en 2011, l’INSEE répertoriait près de 28 000 résidences secondaires, soit environ 12 % du parc de logements. Ce sont principalement des habitations de taille moyenne, du studio au T3, situées dans le centre-ville ou en bord de mer.

En conséquence, la demande reste forte sur le marché locatif. Cela permet de belles acquisitions grâce aux dispositifs de défiscalisation (Pinel, LMP, LMNP Censi-Bouvard...) même si les prix immobiliers restent relativement élevés pour les actifs locaux.

Pour choisir votre futur logement, aidez-vous de la carte ci-contre :

Appartements Maisons Appartements et maisons Terrain

Nice favorise l’accession à la propriété

L’accession à la propriété est une priorité de la métropole Nice Côte d’Azur. Différentes mesures ont donc été mises en place afin d'aider les Niçois à trouver un logement adapté. Les primo accédants disposant d'un petit budget peuvent trouver des logements à coût maîtrisé, en intermédiaire ou en PSLA.

Le Prêt Logement à Nice (P.L.A.N)

Le « Prêt Logement à Nice » est un prêt à 0,5 % d’intérêt sur 15 ans, octroyé par certains établissements bancaires habilités par la municipalité. Pour bénéficier du PLAN, l’acquéreur doit avoir signé un prêt à taux zéro renforcé (PTZ+) pour l’achat de sa résidence principale sur le territoire de la ville.

Accession intermédiaire et sociale

Un partenariat avec les promoteurs et les bailleurs sociaux a permis la mise en place de deux dispositifs d’accession à la propriété.

L’accession intermédiaire : certains logements sont proposés à un coût inférieur à 3 600 €/ m² (hors parking), sous conditions :

L’acquéreur doit être primo-accédant, actif ou nouvel actif dans la communauté urbaine.

Ses revenus ne doivent pas dépasser les plafonds de ressources pour le PSLA ou PLI.

Le logement sera sa résidence principale, occupée au minimum 8 mois dans l’année.

L’accession sociale : des programmes en location-accession sont prévus à des prix inférieurs à 3 200 €/ m².

Projets validés par l’ANRU :

L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) participe financièrement à des opérations de réhabilitation, aux côtés des collectivités locales ou d’organismes privés et publics. Dans le but d’améliorer la qualité de l’habitat, la communauté urbaine engage 4 programmes validés par l’ANRU dans les quartiers :

Pasteur : création du Centre Hospitalier Universitaire Pasteur 2, du Centre National de Référence Santé à Domicile & Autonomie, prolongement du tramway.

Ariane : démolition et reconstruction de 454 logements, réhabilitation de 351 logements, réalisation d’équipements publics.

Moulins : construction de 727 logements BBC, création de locaux commerciaux et d’espaces publics.

Notre Dame : rénovation de logements et développement de l’offre en logement social.

Cela concerne à terme 5 500 logements sociaux, soit 32 000 habitants sur la période 2005-2017.

Bon à savoir

Les programmes immobiliers neufs situés en zone ANRU affichent des prix attractifs grâce à une TVA réduite : 5,5 % au lieu de 20 %. Consultez les conditions du dispositif.


Futurs propriétaires, quel emplacement choisir pour votre projet immobilier ?

La ville est divisée en 8 territoires administratifs gérés chacun par une mairie annexe : Plaine et Coteaux, Collines niçoises, Trois Collines, Rives du Paillon, Est Littoral, Nord Centre, Cœur de Ville et Ouest Littoral. Ces 8 territoires rassemblent 41 quartiers.

Les secteurs résidentiels les plus recherchés sont le quartier du Mont-Boron, Cimiez, Nice Ouest et le centre-ville. Le Carré d’Or et le quartier des musiciens sont appréciés pour l’achat de résidences secondaires. Le Vieux-Nice attire davantage les investisseurs étrangers pour un placement locatif.

Dans les communes avoisinantes, Saint-Jean Cap Ferrat, Beaulieu-sur-Mer, Villefranche-sur-Mer, Vence et Saint Paul ont la préférence des acheteurs immobiliers.

Des projets d’aménagement à la mesure d’une ambition internationale

Dans les années à venir, Nice Côte d’Azur programme plusieurs chantiers de grande envergure qui apporteront de nouveaux pôles d’attractivité au territoire.

Opération d’intérêt national de l’Eco-vallée de la Plaine du Var : ce projet représente 3 millions de m² de potentiels de SHON, sur 15 communes. Il permettra la création de 50 000 emplois dans les domaines du tertiaire, de la formation et de la recherche, ainsi que la construction de 19 000 nouveaux logements.

Nice stadium : ce nouveau stade de 35 000 places accueillera rencontres sportives et spectacles. À proximité, un programme immobilier occupera 29 000 m². Le musée national du sport s’y installera également, sur une surface de 5 000 m².

Un nouveau centre des expositions et des congrès devrait également voir le jour dans le quartier d’affaires du Grand Arénas, en complément d’Acropolis.

Vivre et investir dans une métropole à la renommée mondiale

Une situation géographique privilégiée

investir à Nice

Le chef-lieu du département des Alpes-Maritimes est au cœur de la région Provence Alpes Côte-d’Azur. Elle compte 344 000 habitants mais accueille 4 millions de touristes par an.
Deuxième destination touristique de France après Paris, la capitale de la Côte d'Azur représente le symbole de l'art de vivre méditerranéen.

Entre mer et montagne, la baie des Anges offre d'une part, un environnement idéal pour les vacances et d'autre part des infrastructures de qualité pour les 45 000 entreprises du territoire. Le quartier d'affaires Arenas consacré au tertiaire, la technopole Sophia Antipolis de renommée internationale, le CHU où on développe une recherche médicale de pointe... Autant de secteurs d'excellence qui bénéficient de ce carrefour entre l'Europe et le bassin méditerranéen.

Un territoire attractif qui exploite son potentiel

La région PACA se place au troisième rang français en matière de recherche et développement. Elle se développe autour de sept pôles de compétitivité régionaux :

Solutions Communicantes Sécurisées : Technologies de l’information et de la communication Eurobiomed : Santé

Capénergies : Energies non génératrices de gaz à effet de serre

Mer PACA : ressources marines

Pégase : Aérospatial

Parfums Arômes Senteurs Saveurs : chimie

Pôle risques : gestion des risques et vulnérabilité des territoires

L’atout économique majeur de la métropole reste toutefois le tourisme, qui porte de nombreux secteurs comme l’hôtellerie, la restauration et le commerce. 85 % des emplois de la communauté urbaine correspondent à des activités de services. La ville possède le deuxième parc hôtelier de France après Paris, avec une large gamme de prestations (de 1 à 5 étoiles). Elle accueille chaque année quatre millions de visiteurs qui lui apportent une recette de 1,5 milliards d’euros.
Si depuis le XVIIIe siècle la tradition s’oriente vers le loisir, le tourisme d’affaires se développe et représente 10 % des visiteurs, grâce à la capacité d’accueil de congrès, notamment à Acropolis.

Cause ou résultat de son hospitalité, son réseau de transport relie la ville aux principales métropoles nationales et étrangères.

L’aéroport Nice Côte d’Azur, le premier de France après Paris, se trouve à moins d'un quart d'heure du centre ville. Il héberge 33 compagnies aériennes desservant près de 100 destinations. Sa fréquentation dépasse les 11,5 millions de passagers.

L’accès par mer se fait par l’un des 10 quais du port. Le port développe quatre activités principales : la liaison avec la Corse grâce aux deux compagnies SNCM et Corsica ferries, la croisière (1er port de croisière de France avec 500 000 passagers), la plaisance et le transport de ciment.

La gare SNCF Nice-Thiers se situe en centre-ville. Elle propose 11 liaisons régulières vers l’étranger et 20 destinations nationales quotidiennes, dont Paris en 5h30 (TGV de Paris à Marseille).

Concernant le réseau routier, la ville est desservie par de belles routes départementales, et surtout par l’autoroute A8 qui contourne la ville et offre 5 sorties.

La ville devrait voir son schéma de circulation se transformer radicalement dans les années à venir. La municipalité projette en effet d’établir une gare multimodale sur l’emplacement actuel du MIN, dans le secteur Saint Augustin. Il est en effet question de construire un pôle d’échanges comprenant, sur 24 ha, les gares TGV et TER, un centre d’affaires et un parc d’exposition, desservis par deux lignes de tram.

Des infrastructures innovantes et complémentaires

Transports :

Afin de limiter les embouteillages, la ville propose des offres alternatives à l’automobile.

Depuis 2007 les Niçois bénéficient d’une première ligne de tramway, d’une longueur de 8,7 km sur l’axe Nord-Centre-Est. Une deuxième ligne de 11,3 km dans le sens Ouest-Est est prévue pour 2018. Ce nouveau moyen de transport est mis en valeur par une quinzaine d’œuvres d’art contemporain. De plus les stations sont indiquées avec l'écriture manuscrite de l’artiste Ben.

Le réseau de bus de la ligne d’azur est particulièrement dense. Il dessert bien sûr tous les quartiers. (http://www.lignesdazur.com)

Enfin, la ville multiplie les possibilités de véhicules « propres » en libre-service. Les Niçois empruntent régulièrement 1750 vélos bleus disponibles dans 175 stations (http://www.velobleu.org), 210 voitures électriques réparties sur 70 stations (http://autobleue.org/). Le visiteur peut même découvrir la ville en vélotaxi sur un tricycle avec chauffeur.

Education :

L’académie de Nice accueille 35 000 étudiants au sein de cursus universitaires et d’écoles d’ingénieurs ou de management, implantés à proximité des pôles économiques et majeurs, comme la technopole Sophia Antipolis.

Enseignement international :

L'école International School of Nice est un établissement privé géré par la Chambre de Commerce et d’Industrie. Elle offre un enseignement en anglais, de la maternelle à la terminale.

Université de Nice Sophia Antipolis :

L’université propose à ses 26 000 étudiants une offre de 275 diplômes, de la licence au doctorat, en formation initiale ou continue.

Écoles de commerce :

L’École des Hautes Études Commerciales (EDHEC)

L’Institut d’Administration des Entreprises de Nice (IAE)

SKEMA Business School

Ecoles d’ingénieurs :

Polytech’Nice Sophia Antipolis

L’École Supérieure des Mines

L’Institut d’Enseignement Supérieur et de Recherche en Systèmes de Communication (Eurecom)

Environnement

Grâce à son climat méditerranéen, la Côte d’Azur a su acclimater des espèces étrangères, telle l’olivier ou le mimosa, aujourd’hui représentatives du paysage niçois. Promenades, parcs, jardin : plus de 300 ha d'espaces verts sont répartis sur toute la ville. En 2013, la démolition de la gare routière a permis de créer un nouveau ruban de nature au cœur de la ville. La Promenade du Paillon déroule son tapis de gazon et son allée arborée depuis le Théâtre National de Nice jusqu'à la mer.

Mieux connaître Nice

Une tradition d’échanges et d’hospitalité

Nice et ses traditions

Le site est occupé dès la préhistoire. Une empreinte de pied retrouvée à Terra Amata atteste de la présence humaine il y a 400 milliers d’années. On connaît davantage les Ligures, qui fortifient leurs villages sur la côte de 900 à 600 av. JC, avant que les Celtes ne s’intègrent à la population locale au VIIIe siècle.
Placée sous la protection de la déesse de la victoire, Nikaia nait de la volonté des Grecs installés à Marseille d’établir un comptoir commercial sur la côte. La cité est rejointe par Cemenelum (Cimiez) sous l’empire romain et bénéficie du réseau routier impérial et de son port méditerranéen.

Le début du Moyen âge voit la région envahie par des peuples qui se chassent les uns les autres : Vandales, Wisigoths, Burgondes, Ostrogoths, Arabes et Francs, mais à partir de 1215, Nice sous l’autorité de Gênes connaît une belle expansion. En 1388, elle refuse de se soumettre au comte de Provence et préfère l’autorité de la Savoie : le comté de Nice est créé.

La ville subit le siège de François Ier et de ses alliés ottomans en 1542, en guerre contre Charles Quint. Une légende évoque l’intervention héroïque d’une lavandière, Catherine Ségurane, qui reste encore l’emblème de la population niçoise.

La ville se développe et connaît son âge d’or au XVIIIe siècle. On creuse le port de Lympia, on crée la place Garibaldi. Dès 1763, l’écrivain anglais Tobias Smollett séduit ses compatriotes par ses récits de voyage. De riches familles anglaises prennent alors l’habitude d’y passer l’hiver. Ils sont rejoints au XIXe siècle par les aristocrates russes. La présence de la famille impériale russe, de la reine Victoria et d’autres touristes d’exception profite beaucoup à la ville, qui attire les investissements dans l’hôtellerie et l’immobilier. Suite à la guerre d’Italie, le comté est rattaché à la France en 1861.

Ces conditions favorables provoquent une croissance urbaine. La main-d’œuvre italienne s’installe dans les quartiers populaires, Riquier et la Madeleine, mais peu à peu les nobles boudent la ville pour d’autres sites de villégiature et le tourisme devient plus populaire.

Le rendez-vous de tous les arts

La Côte d’Azur a inspiré de nombreux artistes. Renoir, Bonnard, Matisse, Picasso et plus récemment l’École de Nice : Arman, Klein, Nikki de Saint Phalle ont vécu sous la lumière de la méditerranée.

Leurs présences ont marqué les lieux et les esprits. La ville ne compte pas moins de 19 musées et galeries gratuits. La richesse culturelle de Nice s’étend sur d’autres arts et l’on peut assister à de grands spectacles à l’Opéra, au Théâtre, au Palais des Congrès Acropolis ou à la salle de concerts Nikaia.

Parmi les principaux rendez-vous annuels, citons le Nice Jazz Festival, qui accueille les plus grands musiciens depuis 1948 et le Carnaval.

Une autre fierté locale se trouve dans les assiettes. Afin de préserver les traditions culinaires, certains restaurateurs ont créé la marque « Cuisine nissarde » et s’engagent à servir des spécialités du terroir, telles les farcis niçois, la pissaladière, la ratatouille ou encore le pan bagnat. Au-delà du folklore, la ville peut se vanter de posséder deux produits labellisés AOC : le vin de Bellet et l’olive.

Architecture

La vieille ville possède quelques beaux monuments de l’art baroque, comme le palais Lascaris, la Cathédrale Sainte Réparate, ou encore la chapelle de la miséricorde.

Mais Nice doit surtout son aspect à l’aménagement décidé au XIXe siècle par le Consiglio d’Ornato. Cette institution de neuf notables avait pour mission d’améliorer les espaces publics et de valider les projets de construction. On leur doit les quais du Paillon, les places Garibaldi et Masséna, le port Lympia, le Jardin public et la promenade des Anglais.

Enfin, la Belle époque et les capitaux des hivernants étrangers transforment le front de mer au début du XXe siècle. Les palais et palaces assument, par la fantaisie et le luxe de leurs décors, les loisirs mondains qu’ils abritent.

Équipements sportifs

Par sa situation géographique, la métropole donne accès en toute saison à des sites de loisirs sportifs.

Ses 7,5 km de plage offrent toutes possibilités de sports nautiques.

La large esplanade que forme la promenade des Anglais est le rendez-vous des cyclistes et rollers de la Côte d’Azur.

Le climat de la Riviera n’interdit pas pour autant les joies des sports d’hivers, puisque les stations de ski du Mercantour ne sont qu’à 1h30 de Nice.

Enfin, pour les amateurs de compétition, la ville organise des manifestations sportives comme le triathlon Ironman (3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied sur la promenade des Anglais) et le Marathon des Alpes Maritimes.


Vous aimez cette page ? Partagez-la :