Habiter ou investir en Pinel ou LMNP dans un logement neuf à Toulouse

Investir à Toulouse, c'est acheter un bien immobilier dans une technopole qui accueille chaque année près de 20 000 nouveaux habitants. Face à cette demande, la ville densifie son tissu urbain par des constructions neuves. Elle encourage les investisseurs à louer, en Pinel ou LMNP Censi bouvard ou autre...

Investir ou habiter dans une métropole en plein essor

 Une ville aux atouts multiples…

Avec une population de 447 340 habitants, la métropole est la quatrième ville de France, après Paris, Marseille et Lyon. Sa communauté de communes, Toulouse Métropole, rassemble 37 communes, soit plus de 700 000 habitants.

La ville connaît la plus grande croissance démographique de France. La population est jeune : 43 % des Toulousains ont moins de 29 ans, ceci en partie grâce aux 95 000 étudiants qui en font la 3e ville universitaire du pays.

Située au coeur du Sud-ouest, à 150 km de la mer comme de la montagne, la capitale de la plus grande région de France Midi-Pyrénées, la ville attire par son cadre de vie, mais aussi par grâce à son dynamisme économique dans des secteurs de pointe.

…qui poursuit son essor économique

Toulouse a su s’imposer comme Technopole dans plusieurs domaines d’activités : aéronautique et spatial, santé et technologie de l’information.

La ville est liée à l’aviation depuis les débuts du XXe siècle. Aujourd’hui, Airbus représente le premier employeur privé de la région, c’est ici que l’on assemble le A380. S’y ajoutent ses partenaires constructeurs et équipementiers : ATR, Ratier-Figeac… Créé en 2005, le pôle de compétitivité mondial Aerospace Valley fait de la ville un acteur essentiel dans la conception de systèmes spatiaux grâce à la présence, entre autres, du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) et de constructeurs comme Thales Alenia Space et EADS Atrium.

Le domaine de la santé, déjà fortement implanté dans l’agglomération devrait prendre une dimension européenne avec le nouveau centre de lutte contre le cancer. L’Oncopôle regroupe, sur les 220 ha de l’ancien site AZF, un ensemble de partenaires publics et privés : CHU, Laboratoire Pierre Fabre, Sanofi, l’INSERM, le CNRS et l’université Paul Sabatier. Un Institut Universitaire du Cancer de 300 lits accueille des patients depuis 2014, afin de rassembler dans un même lieu recherche et soins.

Vue des toits de Toulouse

Autres secteurs économiques de taille, les TIC emploient près de 36 000 salariés. De grands centres de recherche tels que Spot Image, Galiléo et Météo France ont également choisi de s’installer dans la ville rose.

Une ville autant ouverte sur le monde dispose bien sûr des voies de communication qui la relient aux autres métropoles :

  • L’A61 vers Montpellier, Barcelone, Marseille ou Lyon
  • L’A62 vers Bordeaux, Nantes ou Paris
  • L’A64 vers Pau ou Bayonne
  • L’A66 vers Foix et Andorre
  • L’A68 vers Albi

Par rails, la gare SNCF Toulouse Matabiau place Paris à 5h15, Lyon à 4h et Bordeaux à 2h15 du centre-ville.

Enfin, la ville pionnière en aéronautique se devait d’avoir un aéroport de qualité : Toulouse-Blagnac voit transiter près de 7,5 millions de passagers par an. À seulement 8 km de la ville, Il assure des liaisons nationales et internationales vers les principales villes de France, de nombreux pays d’Europe, d’Afrique et l’Amérique du Nord.

Toulouse s'adapte aux besoins de ses habitants

 Transports en commun

Devant l'étendue de la ville, l'automobile est largement utilisée par les Toulousains. Toutefois, l’alternative à la voiture est fortement encouragée grâce aux différents modes de transport du réseau Tisséo (www.tisseo.fr) :

  • deux lignes de tramway,
  • deux lignes de métro
  • plus de 80 lignes de bus, dont deux lignes BHNS (Bus à haut niveau de service) reliant les terminus des métros
  • et environ 3000 vélos en libre-service dans 250 stations (VélôToulouse).

 Éducation

À Toulouse, l’excellence n’attend pas le nombre des années. Le collège et lycée international de Colomiers permet aux jeunes toulousains, mais également aux enfants de salariés étrangers venus travailler dans la ville, de préparer les diplômes français, britannique, espagnol ou allemand.

L’enseignement supérieur attire 95 000 étudiants. En 2012, le magazine L’étudiant a classé Toulouse "1ere ville où il fait bon étudier", notamment grâce au critère de l’emploi. Autour des trois pôles universitaires Toulouse 1 Capitole, Toulouse Le Mirail et l’Université Paul Sabatier, une large offre de formations prépare aux emplois d'avenir :

  • aéronautique : ISAE (Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace), ENAC (École Nationale de l'Aviation Civile), IPSA (Institut Polytechnique des Sciences Avancées)…
  • écoles supérieures : journalisme, ingénieurs
  • grandes écoles : ICAM, INSA, ESC
  • Depuis 2011, la Toulouse School of Economics occupe l’ancien site de la Manufacture des Tabacs. Les cours y sont dispensés par des enseignants-chercheurs de renommée internationale.

 Protection de l'environnement

Toulouse bénéficie d’un véritable patrimoine environnemental, qui participe à l’attractivité de la ville. Les berges de la Garonne, protégées depuis 1943, sont le parcours privilégié des promeneurs et sportifs tout au long de l’année. Elles se transforment également en plage l’été et accueillent des animations ponctuelles comme le festival "Rio Loco". Le canal du Midi et les ouvrages d’art qui le jalonnent sont également reconnus pour leur beauté. Ils appartiennent depuis 1996 au Patrimoine mondial de l’Humanité.

Les nombreux parcs et jardins répartis dans la ville apportent un cadre de verdure de près de 1 000 hectares (jardin royal, jardin des plantes, jardin japonais, prairie des filtres...)


Mieux connaître Toulouse

 Une métropole européenne fière de sa culture occitane

Le Capitole à Toulouse

Attachée à ses traditions occitanes, la ville rose a créé en 1999 l’Ostal d’Occitania, qui apporte son aide aux associations impliquées dans le maintien de cette culture. Mais Toulouse est également un lieu d’accueil, d’ouverture au monde. Étape du pèlerinage vers Compostelle, pôle étudiant, ville d’immigration (espagnole pendant la guerre civile, maghrébine dans les années 1960 et 1970), elle a subi de nombreuses influences. Tous ces métissages culturels en font une métropole d’envergure européenne, qui garde encore ses allures de cité de province.

Les Toulousains disposent d’un vaste choix d’équipements culturels :

  • patrimoine (musées, archives, bibliothèques…),
  • musique (Zénith, Orchestre de Toulouse, festival "Rio Loco", "Les siestes électroniques"…)
  • spectacle vivant (Théâtre National du Capitole, TNT...)
  • arts visuels (Centre de l’Affiche, Les Abattoirs, Le Château d’eau...)
  • culture scientifique et technique (Cité de l’espace, muséum d’histoire naturelle…)

Un patrimoine architectural qui donne son surnom à la ville

Faute de pierre de taille à disposition dans la région, la brique a été le matériau privilégié pour la construction, de l’époque romaine jusqu’à nos jours, où elle n’est plus qu’un parement décoratif. La "ville rose" possède un grand nombre de monuments remarquables.

Aux XIe et XIIe siècles, la cité se développe grâce à l’afflux des pèlerins en route vers St Jacques de Compostelle, qui se recueillent devant les reliques de la basilique Saint Sernin ou la Vierge noire de l’église de la Daurade et reprennent des forces à l’Hôtel-Dieu.

L’architecture doit également beaucoup au commerce du pastel, plante tinctoriale qui a fait la richesse de la ville à la Renaissance. Les commerçants fortunés se font alors construire de somptueux hôtels particuliers (comme l’hôtel de Bernuy et l’hôtel d’Assezat) et embellissent les rues dans un style italien.

Au XVIIe, la ville se dote d’éléments majeurs, désormais indissociables de son identité : le Pont-Neuf et le canal du Midi, s’y ajoute le Capitole au XVIIIe. La révolution industrielle apporte peu de modifications si ce n’est l’arrivée du chemin de fer et le percement de grands boulevards comme la rue Alsace-Lorraine et celle de Metz.

Au XXe siècle, l'agglomération doit son essor économique à l’industrie aéronautique, qui s’y installe dans l’entre-deux-guerres, loin de la frontière allemande. Le succès économique entraine une croissance démographique, portée par une population immigrée. On construit alors de nouvelles cités, comme le Mirail, et la ville s’étend à l’Ouest. Aujourd’hui, Toulouse est deux fois plus étendue que Lyon.

Devant un tel étalement de la ville, la politique actuelle est de densifier l’habitat et d’améliorer la desserte en transports en commun.

La patrie du rugby s'enflamme pour tous les sports

À la fin du XIXe, c’est à Toulouse que l’on joue au rugby en France pour la première fois. Il s’agit aujourd’hui du sport préféré des habitants, grâce à son équipe le Stade toulousain, 19 fois champion de France et quatre fois champion d’Europe.

Mais les autres activités sportives ne sont pas ignorées pour autant : la ville compte plus de 500 clubs pratiquant 140 disciplines. Le TFC (Toulouse Football Club), les Fénix (handball) et les Spacers (basket) défendent eux aussi les couleurs locales.

Pour aller plus loin