Habiter ou investir en Pinel ou LMNP dans un logement neuf à Marseille

Marseille, 2e ville de France, possède l’envergure d’une métropole européenne. Son dynamisme économique attire de nouveaux habitants. Ouverte sur le bassin méditerranéen, la cité phocéenne se tourne vers l’avenir. Elle agrandit son parc immobilier pour se donner les moyens de son ambition.

Séparateur

Habiter et investir dans une métropole à la renommée mondiale

 Une grande cité entre mer et montagne

Le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône s’étend sur 241 km², recouverts pour moitié d’espaces naturels. La ville se découpe en 16 arrondissements, eux-mêmes divisés en 111 quartiers.

La communauté urbaine Marseille Provence Métropole rassemble 18 communes pour une population de 1 200 000 hab. La ville elle-même se place au 2e rang national avec ses 860 000 habitants. Son évolution démographique est en cela un de ses points forts ; cette attractivité entraîne le développement de la population étudiante et le dynamisme de l’emploi.

 Des infrastructures internationales, supports d’une économie active

 De nouveaux pôles d'activité

Centre tertiaire et industriel, ville universitaire, Marseille est le deuxième pôle de recherche publique en France. Les emplois se trouvent traditionnellement dans l’activité portuaire, l’armée ou le tourisme.

Mais depuis plusieurs années, l'agglomération se distingue également dans de nouveaux secteurs. Depuis 1996, l’industrie du cinéma s'y est implantée, notamment grâce au Pôle média de la Belle de Mai où l’on trouve studios audiovisuels, bureaux de production et de diffusion.

Le secteur du textile et de l’habillement forme lui aussi un pôle de plus en plus reconnu. La mode représente environ 29 000 emplois à Marseille, où tout un vivier de jeunes créateurs bénéficie du soutien de la Maison méditerranéenne des métiers de la mode.

Le port de Marseille

 Carrefour entre l'Europe et la méditerranée

En tant que capitale de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la métropole dispose d’un réseau d’infrastructures de premier ordre :

L’aéroport Marseille Provence, classé 4e de France, a vu transiter près de 8,2 millions de passagers en 2014. Plus de 150 lignes aériennes relient la cité à 80 autres aéroports.

  • Une trentaine de liaisons régulières low cost.
  • 12 destinations long-courriers vers tous les continents
  • 26 vols quotidiens vers Paris (durée du trajet 1 h 15)

Déjà 1er port français pour le fret, Marseille entend, grâce au projet Euroméditerranée, affirmer son rôle de plateforme entre l’Europe et la méditerranée, tant pour le transport des marchandises que pour la plaisance (1,35 millions de croisiéristes en 2014).

La gare SNCF Saint-Charles accueille chaque jour près de 200 trains. Le TGV méditerranée rejoint Paris en 3 h dans le cadre de 17 trajets quotidiens. De même, les capitales européennes ne sont plus qu’à quelques heures de la Provence : Bruxelles à 5 h 30, Londres à 6 h 57 ou encore Genève à 3 h 30.

Quant au réseau autoroutier, la ville se situe au carrefour des voies reliant l’Espagne (A55), l’Italie (A50) et l’Europe du Nord (A7).

  • Picto orange Programme

 Marseille attire par son cadre de vie et son environnement

 Se déplacer

L’installation du tramway en 2007 a donné l’occasion à la Régie des Transports de réorganiser son réseau. Les quartiers de la ville sont desservis par :

  • 2 lignes de métro (M1 La Rose / la Fourragère et M2 Bougainville / Sainte-Marguerite Dromel)
  • 2 lignes de tramway (T1 Noailles / Caillols et T2 Blancarde-Foch / Arenc - Le Silo)
  • 85 lignes de bus
  • 1000 vélos en libre-service répartis dans 130 stations

 Éducation

En vingt ans, la population étudiante locale a augmenté de 20 %. Afin d’accompagner cette demande croissante et d’améliorer l’offre de formation, les trois pôles d’enseignement supérieur de la ville ont fusionné en janvier 2012. Aix Marseille université accueille aujourd’hui près de 72 000 étudiants dans des campus répartis sur toute la ville :

  • La faculté Saint Charles au centre
  • Le parc scientifique et technologique de Luminy au sud
  • Le CHU à la Timone
  • Les deux écoles d’ingénieur Polytech Marseille et Ecole Centrale sur le site de l’étoile
  • D’autres formations comme l'École de la Marine Marchande, l'École d'Architecture, l'École Supérieure d'Art (ESAMM) et l'École nationale supérieure du Paysage participent à faire de la cité phocéenne la première ville universitaire de PACA.

 Protection de l'environnement

Avec 57 km de façade maritime, la ville bénéficie d’un site naturel exceptionnel. Depuis avril 2012, les Calanques possèdent le statut de parc national. Ce site emblématique s’étend sur 8 500 ha sur terre et 43 500 ha en mer. Il permet la protection de 138 espèces terrestres, 60 espèces marines et de nombreuses variétés végétales. Près de 90 sites archéologiques, dont la grotte Cosquer, y sont intégrés.

Outre la plage, de nombreux parcs et jardins forment un espace de nature au cœur même de la cité, comme le parc Pastré, le parc Valmer, le parc du 26e centenaire ou encore le parc Borély.


Mieux connaître Marseille

 Une identité marquée par l'ouverture et le métissage

Un passé aussi riche peut difficilement se résumer en quelques lignes. Le patrimoine et l’identité de la plus ancienne cité de France sont en effet le résultat de 2 600 ans d’histoire !

La fondation de la ville daterait de 600 av. J.-C., lorsque des Grecs provenant de Phocée en Asie Mineure s’installent dans la calanque du Lacydon. Durant toute l’antiquité, la ville se développe sur la rive nord du port, grâce à la pêche et au commerce maritime. Elle répand sa culture grecque dans ses comptoirs portuaires : Monaco, Nice, Antibes, Saint-Tropez...

Au Moyen-âge, la ville bénéficie de l’essor du trafic portuaire et se dote d’un important chantier de construction navale. Massilia prend alors le nom de Marseille et se voit rattachée en 1481 au royaume de France.

Afin de contrer les tendances rebelles de la ville, Louis XIV fait construire la citadelle Saint-Nicolas et le fort Saint-Jean. En contrepartie, son ministre Colbert cède le monopole du commerce avec le Levant. La cité s’agrandit, déborde de ses anciens remparts et se pare de nouveaux monuments, dont l’opéra dès 1685.

La ville est gravement touchée en 1720 par la grande peste, qui tue en quelques mois près de la moitié de sa population. Elle retrouve un équilibre démographique grâce à l’accueil de nombreux immigrés, renforçant ainsi son aspect cosmopolite.

Après une participation notoire à la Révolution française grâce à un « Chant de guerre de l’armée du Rhin » (la Marseillaise) entonné jusqu’à Paris, il faut attendre le Second Empire pour qu’un nouvel essor transforme la ville. Le port s’agrandit, on construit en 1853 les bassins de la Joliette puis les docks dix ans plus tard. Le canal Saint Louis et le canal de Marseille au Rhône permettent le transport des marchandises par péniches : le port maritime se fait également fluvial. La ville se rapproche en même temps de Paris en tant que terminus de la ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille.

Avec l’ouverture du canal de Suez, elle devient la Porte de l’Orient. L’arrivée en masse de matières premières (soie, coton, sucre, vins, faïences, savons) encourage la création de nouvelles sociétés : la société marseillaise de crédit (1865), la Générale Sucrière (1867)… La ville s’équipe de monuments de prestige : la gare Saint-Charles (1848), les palais de la Bourse (1852), Longchamp (1862), du Pharo (1854), des Arts (1864) ou encore la basilique Notre-Dame de la Garde (1864).

L’industrie pétrolière se développe à Fos-sur-Mer au début du XXe siècle. Mais la ville paie un lourd tribut à la Seconde Guerre mondiale. Les destructions allemandes comme alliées mettent à mal de nombreux immeubles et rendent le port hors service. Une phase de reconstruction se met en place, la cité s’agrandit au nord, notamment pour absorber l’arrivée massive d’immigrés : Italiens et juifs pendant la guerre, rapatriés d’Afrique du Nord à partir de 1955. Si la ville subit de plein fouet la crise des années 1970, elle amorce une embellie à partir des années 1990, avec la création de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée, la mise en place du TGV méditerranéen ou encore la construction du tramway.

 Une culture innovante par tradition

Capitale du savon, berceau du santon en terre cuite, Marseille a également inspiré de nombreux artistes, séduits par la luminosité de la Provence : Van Gogh, Cézanne, Braque, Dufy, Derain ou encore Marquet. De l’archéologie à l’art contemporain, en passant par l’artisanat et les traditions populaires, il fallait bien à la ville une vingtaine de musées pour conserver tous ses trésors. Elle accueille désormais le 1er musée national décentralisé : le Musée des Civilisations d’Europe et Méditerranée (Mucem), à l’entrée du Vieux-Port. Son inauguration en 2013 a été l'un des grands événements proposés par la ville, alors capitale européenne de la culture.

 Architecture

Depuis sa création il y a 26 siècles par des marins, Marseille s’est construite autour de son port, pour et grâce au commerce maritime. De nombreux monuments et sites pittoresques parsèment la cité.

Façades donnant sur le port de Marseille

Notre-Dame de la Garde : la basilique, érigée sur la plus haute colline, a été construite entre 1853 et 1864. De là, la statue de la Vierge à l’Enfant, ou plutôt « la bonne mère », protège habitants et marins.

La Canebière : cette rue du centre, qui descend jusqu’au Vieux-Port, doit son nom au chanvre qu’utilisaient les cordiers installés dans le quartier.

Les cathédrales Vieille Major et Nouvelle Major : l’église de la vieille Major, construite au XIIe siècle, est l’ancienne cathédrale de la ville. La basilique de Sainte-Marie-Majeure, construite en marbre et porphyre, date de la seconde moitié du XIXe siècle.

Le Palais Longchamp : ce monument du 4e arrondissement abrite en ses murs un château d’eau, le muséum d’histoire naturelle, le musée des Beaux-arts, ainsi qu’un observatoire astronomique.

Le Palais du Pharo : construit pour l’impératrice Eugénie, le palais surplombe le Vieux-Port et offre un magnifique panorama sur la côte méditerranéenne.

La cité radieuse : cette « unité d’habitation » inventée par Le Corbusier en 1952 est située au 280 du boulevard Michelet. Elle comprend 337 appartements sur 9 étages, mais aussi une école, un hôtel ainsi qu’un toit-terrasse utilisé comme espace public (cour de l’école, piste d’athlétisme…). Un incendie a malheureusement gravement endommagé l’aile sud du bâtiment, classé monument historique.

 Équipements et événements sportifs à Marseille

Au soleil comme à l’intérieur, les Marseillais ont toutes les facilités pour faire du sport. Les équipements municipaux et les sites naturels permettent la pratique de nombreuses activités : randonnée, escalade, plongée, ou même pétanque.

Des compétitions reconnues y trouvent un décor idéal : le Semi-marathon de Marseille-Cassis, le triathlon international, le Tour de France à la voile ou encore l'Orange Massilia Freestyle Cup (skate).

Le principal club de la ville reste toutefois l'Olympique de Marseille, seul club de football français vainqueur de la ligue des Champions. Son stade, le Vélodrome, est le deuxième plus grand stade du pays après le Stade de France.

Pour aller plus loin