Immobilier neuf à Toulouse

110 programmes neufs dans la ville de Toulouse (31000)


Notre conseil

Découvrez les 110 programmes neufs à vendre à Toulouse à prix direct promoteur. Choisissez en fonction du dispositif recherché (Pinel, LMNP) ou de votre budget (offres commerciales du moment) parmi nos catalogues thématiques. Vous savez dans quel quartier acheter ? Servez-vous de la carte et trouvez le logement idéal pour votre projet d’accession ou d’investissement locatif. Consultez également les annonces de logements neufs près de Toulouse ou en Haute-Garonne.


Maison ou appartement : Pourquoi acheter à Toulouse ?

Toulouse se classe deuxième marché immobilier de France

Grâce à une démographie en plein essor, l’agglomération représente le deuxième marché immobilier neuf après Paris. Chaque année, l’aire urbaine Toulouse Métropole accueille près de 20 000 nouveaux habitants. Ce besoin entraine la construction de nouveaux logements, notamment dans le nord de l’agglomération.

Vue de Toulouse depuis la Garonne

Depuis plusieurs années, les prix immobiliers font preuve d’une belle stabilité dans la ville rose et restent encore bien inférieurs à ceux rencontrés dans d’autres grandes villes comme Bordeaux, Marseille ou Nantes. Le marché toulousain profite des taux de crédits attractifs et des dispositifs d’incitation à l’achat : PTZ, investissement Pinel, location meublée Censi Bouvard.

La forte demande et le manque d’offres dans l’ancien favorisent les programmes neufs, qui se vendent et se louent facilement. En effet les investisseurs privés trouver des locataires parmi la population étudiante de cette ville universitaire, pour des petites surfaces (studio, T1...) comme pour les grands appartements (T3, T4, T5) bien situés, recherchés en colocation.

La ville encourage les ménages à devenir propriétaires

Afin d’accueillir au mieux les nouveaux habitants et de faciliter l'accession à la propriété des Toulousains, la ville a mis en place un certain nombre de dispositifs :

Aide au premier logement

Une aide financière est accordée, sous conditions de ressources, aux primo-accédants achetant un logement ancien ou un logement neuf inclus dans le Grand Projet de Ville (secteur Izards-Trois Cocus). Le remboursement s'échelonne sur 10 à 15 ans, par mensualités et sans intérêt.

« Louez sans soucis »

Les propriétaires d’un logement à louer resté vacant depuis plus d’un an peuvent bénéficier d’une aide pour financer des travaux, en complément de celles de l'ANAH (l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat) ou du conseil général. Le montant de l’avance peut atteindre 10 000 € par logement, remboursable sans intérêt. Le bailleur doit en contrepartie s’engager à louer l’habitation rénovée à des ménages aux revenus modestes.

Location-accession

À Toulouse comme ailleurs, ce dispositif permet à l’acquéreur d’occuper son logement en tant que locataire avant de l'acheter. Il bénéficie de conditions avantageuses :

  • un taux de TVA réduit (5,5 %) dans le cadre d’un PSLA
  • l’exonération de la taxe foncière pendant 15 ans
  • la possibilité de bénéficier du PTZ
  • l’accès à l'APL

Où s’installer à Toulouse ?

Le centre-ville (Capitole, les Carmes, Saint Étienne, Saint Michel) reste une valeur refuge, tant pour les investisseurs que les propriétaires occupants. Les prix ne baissent pas car la demande dépasse l’offre. Devant la stagnation des prix dans l’hypercentre, les familles ont tendance à rechercher les quartiers résidentiels de l’Ouest, comme Saint Cyprien. Certains secteurs bénéficient d’une nouvelle attractivité grâce au tramway et au métro, comme l’avenue de Grande-Bretagne et le quartier des Minimes.

Le nord de l’agglomération, en pleine transformation, offre un parc immobilier neuf assez conséquent, notamment dans le quartier Borderouge et les communes d’Aucamville et Lauganet. Les acquéreurs sensibilisés à la performance énergétique s’orienteront vers l'écoquartier du Midi, au sud-est, ou ceux en construction : la Salade (300 logements prévus) et la Cartoucherie, près du Zénith (3 100 logements, 90 000 m² de bureaux, 6 000 m² de commerces).

La périphérie reste moins prisée, mais les communes bien desservies par les transports en commun, comme Blagnac, tirent tout de même leur épingle du jeu.

Une réflexion globale pour renouveler la ville

Afin d’anticiper les prochaines décennies, la municipalité a mis en place un collectif d’experts, d’acteurs locaux et de citoyens nommé La Fabrique. Ce groupe de réflexion a pour mission d'éviter l'étalement de la ville et d’examiner chaque projet sous l’angle des transports, de l'économie et du développement durable. Le réaménagement de certains espaces de la commune a ainsi été confié à de grands noms de l’architecture :

L'hypercentre, dans l’octogone formé par les grands boulevards est repensé par le catalan Joan Busquets. Il en résultera une meilleure circulation grâce aux déplacements « doux » (vélos, piétons) et une plus grande importance donnée à la Garonne et au canal du Midi.

Le campus Montaudran Aerospace, sous l’impulsion de l’urbaniste David Mangin, rassemblera les talents de l’aéronautique et de l’espace (recherche, enseignement, activités industrielles). Il réunira, au sud-est de la ville, un pôle de recherches, un quartier résidentiel de 1 100 logements neufs, ainsi que des équipements de loisirs et des commerces. Un véritable lieu de vie qui s’inscrit dans une démarche de développement durable.

Le Grand Projet de Ville (GPV) prévoit de moderniser trois quartiers classés zone ANRU : Reynerie-Bellefontaine, Bagatelle-La Faourette-Papus-Tabar-Bordelongue et Empalot. C’est un budget de 727 millions d’euros qui est mobilisé pour construire, à terme, près de 3 600 logements neufs. La ZAC Borderouge, par exemple, donne le jour à un nouveau quartier. Il comprendra bientôt près de 5 000 logements, des bureaux, un centre commercial et un cinéma autour d’une place plus grande que celle du Capitole : le Carré de la Maourine.

D’autres grands projets urbains devraient transformer la ville dans les années à venir : les anciens locaux universitaires des allées Jules-Guesde deviendront le Quai des Savoirs. La gare Matabiau se développera en pôle d'échanges multimodal, plateforme des différents moyens de transport en commun, en complément de la ligne Grande Vitesse Bordeaux–Toulouse, annoncée pour 2020.

Tout savoir pour vivre ou investir à Toulouse

Lorsque vous naviguez sur notre site internet ou consultez les emails que nous vous envoyons, des informations sont susceptibles d'être enregistrées ou lues dans votre terminal ou navigateur, avec votre accord. Cliquez ici pour en savoir plus concernant les « cookies » et leur paramètrage.