Afin de vous proposer le meilleur service possible, Logisneuf utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. numéro_vert
> Investir et défiscaliser > Les grandes villes pour défiscaliser > L'immobilier à Bordeaux

Investir à Bordeaux ou acheter un appartement, une maison

Habiter ou investir en Pinel ou en LMNP dans un logement neuf à Bordeaux

Investir à Bordeaux

A noter

Population
241 287
% de
propriétaires
32.09 %
Prix du m2
4214.9 €
Zone Pinel
B1
Prix de base
du loyer Pinel
10.07 € / M2

Pour tout savoir et mieux choisir

Bordeaux est une ville attractive qui invite à investir dans l'immobilier neuf. Depuis 15 ans, la capitale girondine s’emploie à regagner des habitants, en particulier rive droite. Elle compte en effet une population deux fois moins dense que Lyon, pour une superficie égale. De grands projets urbains, la mise en place du tramway et l'aménagement des quais portent leurs fruits. La ville attire à nouveau habitants et investisseurs, grâce à un cadre de vie privilégié, tremplin pour un essor économique, social et culturel.

Pourquoi habiter ou investir à Bordeaux dans un appartement neuf ou une maison neuve ?

Le marché de l’immobilier à Bordeaux est stable et actif

Qui oserait encore qualifier Bordeaux de belle endormie ? La capitale girondine rayonne à nouveau, grâce à de grands efforts d'urbanisme. Toujours plus attractive, elle séduit salariés et touristes, et reçoit le plébiscite des investisseurs locaux, parisiens et même étrangers.

Le marché immobilier est d'autant plus actif que les conditions d'emprunt actuelles incitent les Bordelais à profiter de leur pouvoir d'achat sans attendre.  Les investisseurs (en Pinel ou LMNP) ne s’y trompent pas : ils s’accaparent une majeure partie des transactions. Le nombre de résidences secondaires progresse également. À tel point que la région Aquitaine se place quatrième pour le nombre de résidences secondaires acquises par des étrangers.

Concernant la location, la demande comme l’offre augmentent, entraînées par la construction de logements locatifs sociaux. Les investisseurs locaux et parisiens sont de plus en plus séduits par ce marché locatif dynamique. Ils achètent principalement des petites surfaces (studios, T1...) pour les louer à un étudiant.

Pour choisir votre futur logement, aidez-vous de la carte ci-contre :

Appartements Maisons Appartements et maisons Terrain

Bordeaux encourage l’accession sociale à la propriété

La municipalité de Bordeaux mène une politique active en matière de logement social. Elle accorde en effet des aides financières pour l’achat d'habitations en accession modérée dans le cadre du « Passeport 1er logement ». Elle s’engage de plus à mettre en place, dans toutes les opérations urbaines d’importance, 55 % de logements aidés, en vente ou à louer (soit 35 % à loyers modérés et 20 % en accession à la propriété). La ville compte consacrer au logement 6 millions d’euros par an, soit 10 % de son budget d’investissement.

Le passeport 1er logement

Pour permettre aux familles à revenus modestes de devenir propriétaires sans s’éloigner en périphérie, la ville de Bordeaux a mis en place le Passeport 1er logement, en complément du prêt à taux zéro renforcé (PTZ).

Cette aide financière permet d’obtenir un prêt privilégié complémentaire. En effet, une subvention de 3 000 à 6 000 € de la part de la municipalité déclenche un accès à des prêts immobiliers attractifs et à une offre de logements neufs à prix préférentiels :

  • Les partenaires financiers (Crédit Foncier de France, Action Logement, le CILSO et la SACIPAP de la Gironde) s’engagent à accorder aux ménages concernés des prêts avantageux leur permettant d’accroître leur capacité d’achat.
  • Certains promoteurs participent à l’opération et produisent des logements à des prix inférieurs à 3 000 € TTC le m². Des bailleurs sociaux proposeront également des logements en accession sociale à la propriété grâce notamment au Prêt Social Location Accession (PSLA).

L’opération est soumise à certaines conditions :

  • Le logement doit être situé sur la commune de Bordeaux et sera la résidence principale de l’acquéreur. Celui-ci s’engage à y habiter au moins cinq ans.
  • Pour être éligible, le ménage emprunteur doit être composé d’au moins un adulte et un enfant né ou à naître. Il doit bénéficier d’un PTZ en tant que primo-accédant et disposer de ressources inférieures aux plafonds retenus pour le Prêt Social Location Accession (PSLA).

Futurs propriétaires, quel emplacement choisir pour votre projet immobilier ?

La ville de Bordeaux se compose de 8 quartiers : Bordeaux maritime, Grand Parc - Paul Doumer, Centre ville, Victor Hugo - St Augustin, St Michel - Nansouty - St Genès, Bordeaux Sud, La Bastide et Caudéran.

Les secteurs recherchés sont St Pierre, en vogue car récemment restauré, le Triangle d'Or (cœur historique de la ville), les Chartrons et St Genès. Caudéran, « le Neuilly bordelais », gagne chaque année plusieurs centaines d'habitants.

La rive droite, qui a longtemps fait figure de parent pauvre, propose désormais de belles opportunités de biens immobiliers neufs. Elle attire maintenant une large gamme d'acheteurs (familles, primo accédants, investisseurs), en particulier à Bastide et Cenon.

D’autres quartiers se transforment actuellement pour offrir une meilleure qualité résidentielle :

  • Le secteur Bacalan a fortement évolué : le nombre de logements y a augmenté de 30 % en 8 ans. Le parc immobilier va encore se développer avec le prolongement de la ligne de tram et le nouveau pont Bacalan Bastide.
  • ZAC Cœur de Bastide : les anciennes friches industrielles disparaissent peu à peu. Le secteur Bastide-Niel accueillera, sur 30 hectares, plus de 2 000 logements diversifiés (accession, locatif, logements sociaux...), ainsi que des bureaux, des commerces et des équipements publics.
  • Le quartier Brazza bénéficie de la mise en service depuis mars 2013, du pont Bacalan-Bastide. On attend les premiers logements et commerces pour 2017. D'ici 2030, le secteur comptera environ 4 500 logements mais aussi des hôtels, une médiathèque, un gymnase, des écoles...
  • Le Nord se développe également sur les 12 hectares de la ZAC Ravezies. De nouveaux programmes d’habitats (environ 100 logements) et de bureaux ont été attribués dans la partie nord de la zone.
  • Bordeaux voit actuellement s’élever son premier écoquartier au bord du lac. Baptisé Ginko, il se veut pilote en matière d’environnement. Il accueillera près de  6 000 habitants d’ici la fin des travaux, prévue pour 2017. L’offre d’habitat proposera 32,5 % de logements sociaux et 20 % de logements en accession modérée (soit à un prix inférieur de 10 % environ, sous conditions).
  • Le projet Euratlantique au Sud de Bordeaux prévoit la construction de logements, de bureaux, d’hôtels, de commerces et d’équipements publics sur 738 hectares. Ce projet, déclaré Opération d’Intérêt National (OIN) va s’étendre sur 20 ans. Une première opération de 3 700 logements est en cours, selon la répartition suivante : 35 % de locatif social, 20 % en accession sociale (de 2 000 à 2 300  € le m²) et 45 % en accession privée (autour de 3 000  € le m²).
  • La ville compte également sur ses bassins à flot, où les friches portuaires cèdent la place à un éco quartier. On y comptera, d'ici 2025, près de 5 500 logements.

Les projets d’urbanisme en cours à Bordeaux

Le projet urbain bordelais envisage pour 2010-2030 d’accueillir 100 000 nouveaux habitants. À cette fin, la ville prévoit de construire 60 000 logements dans les vingt ans à venir. L’objectif est de rester attractif et d’éviter une dispersion de la population vers la périphérie. Il s’agira d’une part d’urbaniser « l’arc de développement », espace de friches joignant le lac et la gare par la rive droite. Le projet le plus ambitieux consiste à redessiner la gare St Jean en vue de la mise en service de la ligne TGV Bordeaux-Paris en 2017.

Ce projet « Bordeaux-Euratlantique », classé Opération d’intérêt National, prévoit à terme la création d’un quartier d’affaires sur 738 ha répartis sur Bordeaux, Bègles et Floirac. De plus, 2 ponts supplémentaires devraient franchir la Garonne afin de poursuivre le désenclavement de cette zone.

investir à Bordeaux

Vivre et investir dans une métropole au rayonnement mondial

Une situation géographique qui favorise les échanges

D’un point de vue purement administratif, Bordeaux est la préfecture de la Gironde et la capitale de la région Aquitaine. Elle se classe 9e métropole française.

D’un point de vue gastronomique, elle est la capitale mondiale des vins et spiritueux : ses 14 000 producteurs se partagent un chiffre d’affaires de 14,5 milliards d’euros (dont 4,1 à l’export).

La ville même compte 240 000 habitants mais forme le centre d’une agglomération de 800 000 habitants, en progression démographique de plus d'un pour cent par an (sur la période 1999-2007). Un tiers de la population est âgé de moins de 25 ans.

La communauté urbaine comprend les 26 communes entourant Bordeaux : Ambarès-Lagrave, Ambès, Artigues, Bassens, Bègles, Blanquefort, Bouliac, Bruges, Carbon-Blanc, Cenon, Eyzines, Floirac, Gradignan, Le Bouscat, Le Haillan, Le Taillan-Médoc, Lormont, Mérignac, Parempuyre, Pessac, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles, Saint-Vincent-de-Paul, Talence et Villenave-d'Ornon.

Bordeaux mise sur des filières innovantes pour accroître son rayonnement

La communauté urbaine de Bordeaux encourage le développement d'activités nouvelles et variées qui lui permettent de résister aux aléas économiques. Elle s’appuie sur un bassin de 68 000 entreprises et près de 400 000 salariés.

Les activités tertiaires de haut niveau, en particulier dans les secteurs des services, rassemblent 87 % des emplois. Si l’industrie ne draine que 9 % de l’emploi bordelais, le secteur est dynamisé par l’aéronautique et le spatial, partenaire d’une recherche de pointe reconnue dans de nombreux domaines : chimie, mathématiques, agro-alimentaire et nutrition, neurosciences, matériaux, polymères, télécommunication, ou encore traitement de l’image et du son.

Quatre pôles de compétitivité organisent la recherche depuis 2005 :

  • Aerospace Valley (aéronautique, espaces et systèmes embarqués)
  • Route des Lasers® (lasers, photonique et applications)
  • Avenia : (géosciences)
  • Xylofutur : (produits et matériaux des forêts cultivées)

Ajoutons à cette liste l’industrie touristique, prospère grâce au patrimoine et au vin de la région.

Un réseau de transports diversifié :

Au cœur de l’Arc atlantique, Bordeaux s’est construit un réseau logistique international, indispensable à l’exportation de ses produits. Son infrastructure fait d’elle le pôle économique du Sud-ouest, une place d’échanges et de commerce internationaux :

  • Une vingtaine de compagnies aériennes desservent l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, 5e aéroport de province. Avec une trentaine de destinations régulières, le terminal enregistre un trafic annuel de près de 5 millions de passagers. Bordeaux dispose également d’une aérogare Lowcost, « Billi » ouverte en 2010 et qui dessert la France, l'Europe et le Maroc, ainsi qu’une aérogare de fret.
  • La ville est entourée d’un nœud de quatre autoroutes : l’A 10 (vers Paris et l’Ouest), l’A 62 (vers la méditerranée via Toulouse), l’A 63 (vers l’Espagne via Bayonne), et enfin l’A 89 (vers l’Est via Clermont-Ferrand et Lyon). L'ouverture de l'A 65 la relie depuis peu à Pau, la 2e agglomération d'Aquitaine, en 1h30.
  • 9 millions de passagers transitent chaque année par la gare SNCF Saint-Jean. Bordeaux est actuellement à 3 heures de Paris en train grâce à 25 allers-retours quotidiens du TGV, mais le projet de ligne à grande vitesse de Tours à Bordeaux devrait mettre la ville à 2h05 de la capitale en 2017. De même, si l’Espagne est à deux heures de trajet, le Grand Projet Sud-ouest prévoit la construction de deux nouvelles lignes TGV vers l’Espagne et vers Toulouse en 2021.
  • Le 6e port français est constitué de 6 terminaux spécialisés afin de traiter efficacement le trafic pour chaque filière. Parmi elles une escale de tourisme : bateaux de croisière et de plaisance accostent au Port de la Lune, au cœur de la zone classée au Patrimoine de l’Humanité.

Un cadre de vie attrayant

La grande cité étudiante et touristique qu’est Bordeaux se désenclave intra muros grâce aux transports en commun et cultive les relations internationales. Elle accueille ainsi un corps consulaire représentant une cinquantaine de pays et tisse des échanges économiques et culturels avec ses villes jumelles, telles St Pétersbourg et Québec.

Transports :

La réorganisation en 2010 du réseau de transports en commun représente l’une des actions engagées pour le renouveau de Bordeaux. La construction du tramway en 2003 a permis de relier les grands pôles de l’agglomération, de réduire la circulation automobile dans le centre-ville et de désenclaver certains quartiers. La ville joue la complémentarité des transports : 3 lignes de tramways (en partie alimentés par le sol, pour préserver les façades historiques), 65 lignes de bus comprenant 13 LIANES (Lignes A Niveau Elevé de Services) et bien sûr une offre de vélos en libre service, les VCUB (http://www.vcub.fr), pour lesquels on multiplie les pistes cyclables. Un service de navettes fluviales complète le réseau TBC depuis mai 2013. (http://www.infotbc.com)

Education :

L’enseignement supérieur s’appuie sur une offre diversifiée de formations : 4 universités, 2 IUT et 17 grandes écoles et écoles d’ingénieurs rassemblent 81 130 étudiants et 5 000 chercheurs. Cette population étudiante représente 10 % de la population totale de la Communauté Urbaine de Bordeaux.

Le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) réunit 18 de ces établissements :

Les 7 établissements fondateurs du PRES :

  • Université Bordeaux 1 Sciences Technologies
  • Université Bordeaux Segalen
  • Université Michel de Montaigne Bordeaux 3
  • Université Montesquieu Bordeaux IV
  • Institut Polytechnique de Bordeaux
  • Bordeaux Sciences Agro (ex Ecole Nationale d'Ingénieurs des Travaux Agricoles, ENITAB)
  • Sciences Po Bordeaux

Les 10 membres associés :

  • CHU de Bordeaux
  • Institut Bergonié
  • CROUS de Bordeaux Aquitaine
  • Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux
  • BEM - Bordeaux Management School
  • ESTIA - Ecole Supérieure des Technologies Industrielles Avancées
  • Université de Pau et des Pays de l'Adour
  • Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Bordeaux
  • Ecole Nationale de la Magistrature
  • Ecole d'Enseignement Supérieur d'Art de Bordeaux

Un institut rattaché : ISVV Bordeaux-Aquitaine - Institut des sciences de la vigne et du vin

Autres grandes écoles de Bordeaux : le Groupe Ecoles des Affaires Maritimes, l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux, l’Ecole des Beaux-arts, INSEEC, et l’Ecole Supérieure des Technologies Electronique, Informatique et Infographie (ESTEI).

À noter une spécificité peut-être due à l’histoire de la région : la Bordeaux International School propose un cursus en anglais. Cette établissement privé accueille les écoliers français et étrangers non francophones du primaire (bilingue) au lycée (anglophone). Cette offre d’enseignement aux méthodes anglo-saxonnes participe à l’attractivité du territoire pour les entreprises étrangères.

Environnement

Entourée de vignobles, à une cinquantaine de kilomètres de l’océan et aux portes des Landes  : la situation géographique de Bordeaux promet un cadre de vie agréable.

Dans la ville même, le projet de renouveau urbain inclut une réflexion sur l’environnement et la qualité de vie des bordelais.

  • 1810 ha sur les 4455 que compte la ville sont inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il convient de poursuivre sa préservation et sa mise en valeur.
  • Outre le choix de transports en commus alternatifs visant à réduire l’utilisation de l’automobile en centre-ville, la municipalité s’attache à développer des espaces verts au Sud et au centre de Bordeaux. Parmi les principaux parcs de la ville, citons le Jardin Public, créé en 1746, le Parc Bordelais et ses 28 ha, ou encore le Jardin botanique, créé au XVIIIe siècle pour l’étude des plantes médicinales.
  • Enfin, la construction d’écoquartiers sur les friches industrielles dotera la ville d’habitats collectifs labellisés HQE (haute qualité environnementale) ou BBC (Bâtiment de basse consommation).

Mieux connaître Bordeaux

Une ville d’art, d’histoire… et de commerce

Acheter un appartement ou une maison à Bordeaux

Burdigala, village gaulois fondé au 3e siècle avant JC, tire avantage de la conquête romaine (en 57 et 56 av. JC) et prend son essor dès le 1er siècle. Burdigala devient « emporium », c’est-à-dire comptoir commercial du vaste empire. Le port voit transiter l’étain gallois, la céramique grecque, le cuivre d’Espagne, et l’on implante sur les coteaux environnants la vigne importée d’Albanie, la « biturica ».
Au IVe siècle, les invasions germaniques poussent les Bordelais à ériger un rempart qui protégera la ville jusqu’au XIIIe siècle. Cela n’empêche pas Bordeaux d’être pillée par les Arabes en 732 puis par les Vikings en 848.

En 1137, Aliénor d’Aquitaine épouse le roi de France Louis VII, dans la cathédrale Saint-André. Après leur divorce en 1157, Aliénor apporte en dot à son nouveau mari Henri Plantagenêt de nombreux duchés, dont la Guyenne et Bordeaux. Lorsqu'Henri monte sur le trône d’Angleterre, les deux pays revendiquent l’Aquitaine, qui devient cause et victime de la guerre de cent ans, de 1340 à 1453.

Si la ville est moins prospère sous la férule du roi de France au XVe et XVIIe siècles, elle devient tout de même un centre culturel, où sont formés de nombreux humanistes tels Montaigne.

Le XVIIIe siècle marque un épanouissement pour Bordeaux. Place commerciale incontournable, elle exporte son vin et ses productions locales, mais participe également au commerce colonial, y compris la traite négrière. L’accroissement démographique qui en découle provoque la transformation de la ville, menée en particulier par le marquis de Tourny et Claude Boucher. On construit de nouvelles places (actuelles places de la Bourse, de la Victoire, Gambetta), on crée de nouveaux quartiers que l’on pare de monuments et d’hôtels particuliers somptueux (Grand Théâtre, Palais Rohan...).

Après un déclin économique dû à la révolution et au blocus imposé par Napoléon, la ville bénéficie d’une reprise à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, grâce à de nouvelles activités industrielles : chimie, agro-alimentaire, ou encore métallurgie. La ville connaît de nouveaux aménagements, notamment pour accueillir la vapeur sur le port et dans la gare St Jean.

Au XXe siècle Bordeaux accueille le gouvernement français de façon temporaire pendant les deux conflits mondiaux. Après la seconde guerre mondiale, la ville procède à de nouveaux travaux, notamment sous les mandats de Jacques Chaban-Delmas, maire de 1947 à 1995.

Un patrimoine protégé, une création encouragée

Bordeaux offre tout au long de l’année un large éventail de manifestations culturelles. L’art sous toutes ses formes est conservé et présenté dans 47 musées et 205 monuments classés. L'accès aux collections permanentes des 7 musées de la Ville est gratuit pour tous, tous les jours. La visite des expositions temporaires est quant à elle payante. L’architecture et la création contemporaines sont également à l’honneur, lors des manifestations Agora et Novart.

Le vignoble, à qui Bordeaux doit sa renommée mondiale, est bien sûr fêté dignement. Il est l’occasion du rassemblement Vinexpo, tous les deux ans, ainsi que du festival Jazz & Wine et de la Fête du vin.

Enfin, pour les amateurs de musique, la programmation de L’Opéra, une fois l’année scolaire achevée, fait place aux manifestations estivales où les touristes affluent : la Fête du fleuve ou Dansons sur les quais.

Un patrimoine architectural d’exception

Si Bordeaux possède quelques édifices médiévaux, comme la cathédrale St André ou la Grosse Cloche, elle doit une grande partie de son identité à son architecture du XVIIIe siècle. A cette époque, magistrats et riches négociants se sont fait construire de somptueux hôtels particuliers, ornés de mascarons et de ferronneries.

L’atout de Bordeaux réside dans l’unité de ses façades néo-classiques, œuvres, entre autres, de l'intendant Tourny et de l'architecte Gabriel. Celui-ci est l’auteur de la Place de la Bourse, dont les façades se reflètent désormais dans un miroir d’eau.

La valeur de ce patrimoine est largement reconnue puisqu’un vaste secteur autour du port de la lune est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, en tant qu’ensemble urbain exceptionnel.

Des équipements sportifs pour les loisirs et la performance

Bordeaux compte près de 300 sites et équipements sportifs. Citons par exemple : le parc des sports Saint Michel, espace de loisirs de 5,5 ha en bord de Garonne ou encore le skate park des Chartrons.
Près de 200 associations sportives font vivre 86 disciplines.

Afin d’encourager la pratique sportive et de valoriser les performances de haut niveau, la Ville a programmé la restructuration du vélodrome et la construction d’un nouveau stade de 43 500 places dans le secteur de Bordeaux Lac. En attendant cette nouvelle enceinte, le club de Football des Girondins de Bordeaux, 6 fois champions de France, enflamme régulièrement le stade Chaban-Delmas.


Vous aimez cette page ? Partagez-la :